Des points communs

Des établissements qui suscitent la confiance

 Depuis des décennies, nos différentes régions ont vu se bâtir de multiples lieux de vie pour personnes âgées, portés par différentes institutions : associations, fondations, organisations professionnelles, congrégations religieuses, municipalités, hôpitaux publics… Ces organisations non-lucratives cultivent un esprit de service et d’engagement désintéressé qui inspire souvent la confiance des résidents et des familles. Avec l’expérience si difficile de la COVID 19, cette confiance est plus que jamais fondamentale dans la vie des établissements.

Une souplesse qui permet des innovations généreuses

 La raison d’être de ces établissements étant souvent la réponse aux besoins sociaux et sanitaires du terrain, des innovations peuvent lentement mûrir en leur sein. La souplesse de leur organisation et l’appel plus fréquent qu’ailleurs à des réseaux de bénévoles permettent en effet d’ouvrir fréquemment de nouvelles pistes.

 

Des lieux où se transmettent des traditions

Les organisations à but non-lucratif sont souvent les plus anciennes dans la gestion et l’animation des établissements pour personnes âgées. En leur sein, parmi leurs personnels et leur direction, se pratiquent souvent des savoir-faire rodés et éprouvés par les ans. Ces traditions de soin et d’accompagnement ont leur part de richesses et d’intérêt qui viennent opportunément dialoguer avec les nouvelles orientations gérontologiques.

 

… mais des organisations à l’avenir incertain...

Parmi elles, en effet, beaucoup d’associations non-lucratives, mono-établissement, sont souvent marquées par une difficulté à pérenniser leur modèle, soit en raison du vieillissement de leurs administrateurs, soit en raison de difficultés de gestion. Quant aux établissements sous gestion publique, ils voient en ce moment les limites de leur statut pour pouvoir s’adapter aux enjeux du secteur.

 

… qui peuvent retrouver leur originalité et leur pertinence…

Si le temps a pu faire émerger des pratiques originales, il a pu également, conjuguer souvent à un certain isolement, laissé s’installer des routines peu réceptives aux nouveautés gérontologiques. Ces établissements sont fréquemment en attente de renouvellement pour mieux correspondre aux évolutions du secteur.